• Elisabeth B.

Un cuir si émouvant qu'on voudrait l'en-lacets

Depuis des années, Jean-Paul BOUSQUET collectionne les vieux souliers, notamment les sabots de bois que l'on trouvait dans les campagnes et dont certains sont exposés au Musée des outils de Chazelles. Des sabots que portait son père Jean, lorsqu'il taillait la vigne et réparait des barriques pour les vendanges.

Cette passion pour la rencontre de ces deux nobles matériaux que sont le cuir et le bois, nous invite à vous présenter le poème "Le cordonnier" d'Alain BONATI, écrit en hommage à son père, Cordonnier.


"Petit de taille mais grand d’esprit

Cet homme qu’on voyait derrière son établi

C’était un cordonnier sans rien de particulier.


Bien plus que son métier,

C’était son ambition, sa passion,

Sa raison de vire,

Sa façon à lui de gagner son pain.


À la tâche chaque jour,

Il n’aurait manqué son tour.

Il y mettait du temps, du talent et du cœur,

Chacun voyait en lui qu’il n’était pas amateur.


Maintenant retraité

Mais toujours près de ses souliers,

À la sueur de son grand cœur.


Si je me permets de le féliciter

Par ces quelques mots,

C’est pour prouver que rien n’est trop

Et qu’on peut être fier

D’avoir un père cordonnier


A mon père qui n’est plus là, mais tellement en moi…"

Sources :

  • Poème "Le cordonnier" d'Alain BONATI

  • Photo : José RAMIREZ

© E. Bousquet 2018 • Mentions légales